L’étonnement d’Harold B. Croft

41Rso-ChbhL._SY344_BO1,204,203,200_

Librement inspiré du roman d’Arnaud Cathrine, La disparition de Richard Taylor.

Richard Taylor ? Oui, un peu. Un client. Il habite le quartier. Un type attachant oui mais tellement distrait. Vous dîtes ? Non, et depuis quand ? Je ne savais pas. On ne m’avait pas dit. On ne me dit jamais rien. Vous êtes de la police ? Pourtant ici, les nouvelles vont vite, les rumeurs bon train oui aussi, mais là. Pourtant il est venu samedi. C’est la raison de votre visite. Vous êtes de la police alors. Alors ne restez pas là, il fait froid, et j’ai mis le radiateur à fond.

J’avoue, je suis étonné, je ne pensais pas, il était si attachant oui, et disponible voilà le mot, quelqu’un de bien, pas de bruit, pas gênant, vous saviez qu’il avait un enfant, ma femme m’a dit ça, c’est triste dans ces cas-là, moi je dis c’est pour les enfants surtout, après il est grand il fait ce qu’il veut, je ne juge pas, on ne sait jamais ce qui peut arriver dans le vie, on n’est à l’abri de rien, enfin bon c’est dégueulasse, pour les enfants, c’est égoïste, ça m’étonne en même temps, lui si disponible, une fois il m’avait aidé pour des cageots de légumes pendant une heure, et surtout il est venu samedi.

Il a sonné, je dormais bien sûr et si vous voulez mon avis, il n’avait rien à faire ici, personne d’ailleurs ne devrait courir les rues à une heure pareille. Enfin il était là, je l’ai fait entrer, je le connaissais un peu il faut dire, je vous dis les cageots de légumes, c’est un signe ça, les étrangers ils n’entrent pas, on ne sait jamais sur qui on peut tomber, les fous des rues vous connaissez, on n’est pas à la campagne ici, il y a de tout, il faut se méfier.

Il a sonné plusieurs fois, ma femme a bien failli se réveiller, je me suis dit, Harold mon vieux, tu es cuit. Commérages sur le quartier, rhumatismes, envie de partir à la mer, bouffés de chaleur, remontrances : tout va y passer, tu es fait comme un rat. Pour tout vous dire, non je n’étais pas plus heureux que ça.

Une bière juste ça, il voulait une bière. Je n’ai pas bien compris, tous les pubs étaient ouverts, j’ai pensé qu’il s’était fâché avec sa femme, j’entendais la mienne se tourner dans le lit, je me suis dit : il va me la réveiller, elle va descendre, m’infliger ses tisanes, ses galettes bio, et même un téléfilm allemand parce que madame ne peut plus dormir.

J’ai regardé Richard Taylor, je n’ai pas parlé, je ne suis que son épicier, pas son meilleur ami, ses problèmes il les réservait à d’autres, moi juste le passer de relais, de marchandises si vous préférez, je lui ai tendu ce qui me restait, une Guinness c’est ça, il l’a bue entièrement, d’une seule gorgée, il m’a regardé droit dans les yeux, il avait pleuré je suppose, ou alors est-ce la bière qui lui avait piqué les yeux, j’ai dit cadeau de la maison avant qu’il ne demande quoi que ce soit, il a souri, son sourire était fatigué, pas malade non plutôt distrait, ou ailleurs, comme déjà parti, si vous voulez.

Ça m’a surpris oui mais pas plus que ça, faut pas pousser, des clients qui sonnent en pleine nuit ça arrive, pas toutes les nuits bien sûr, j’aurais divorcé sinon, non rien, laissez tomber.

Après il a poussé la porte, son ombre est devenue mince, je me souviens du froid dehors et je l’ai laissé entrer, d’habitude quand on fait ça je suis le premier à râler mais là non, et l’ombre de Richard Taylor s’est confondu avec la nuit, les immeubles autour semblaient l’absorber, l’envahir.

J’ai supposé qu’il était rentré chez lui. C’est quelqu’un de simple, pas du genre à faire des histoires, un type plutôt gentil, voilà quelqu’un d’ici, il bossait pour la radio je crois, pas du genre à parler longtemps, un mot sur la météo, une caresse sur la tête du chat, et il remettait son écharpe pour affronter le froid.

 J’ai refermé la boutique, j’ai pensé au match des Gunners, le but raté d’Henry. Ma femme en chemise de nuit se tenait dans l’escalier. La sentence allait tomber.

Harold, c’était qui ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s