16 nuances de première fois.

Sortie le 21 septembre 2017

Présentation de l’éditeur

Quand on est ado, on se dit que la première fois, ça va être génial. Mais on a peur, on angoisse de ne pas savoir faire, de ne pas y arriver, d’avoir mal…

Ce recueil de nouvelles présente ainsi, à hauteur d’adolescent, seize facettes de cette « première fois » omniprésente dans les corps et les esprits, avec douceur, délicatesse, humour, poésie, tendresse … et érotisme.

À l’inverse des images envahissantes d’une sexualité très codifiée, axée sur les stéréotypes et la recherche de performance à tout prix, ces nouvelles permettent à l’adolescent de mieux se représenter les réalités et les enjeux de sa propre première fois. Car la première relation sexuelle est un moment crucial de la vie d’une personne : comment aller vers ce monde de la sexualité qui fait à la fois peur et envie ? Comment vivre ce qui semble si naturel et est pourtant si complexe ?

La force de ces nouvelles est de montrer aux ados que la sexualité est un monde qui s’invente, se découvre, se construit à deux et qui, quelle que soit la manière dont on a préparé « l’instant fatidique » (livres, films pornographiques, discussions, fantasmes…) ne ressemble en rien à ce qui était prévu.

***

Voici le sommaire du recueil

Nouvelle notification par Clémentine Beauvais
Dr Jekyll, Mr. Hyde et moi par Benoît Broyart
Le torse plastique par Hélène Rice
Des fées par Arnaud Tiercelin
Fixer les vertiges par Antoine Dole
Mon beau miroir par Emmanuelle Urien
In Gode We Trust par Axl Cendres
Action ou vérité par Manu Causse
Il était une (première) fois par Rachel Corenblit
Odessa par Cécile Chartre
Toutes les connes s’appellent Manon par Driss Lange
Mike le bûcheron par Taï-Marc Le Thanh
Sans elle par Gilles Abier
Ça sert à rien par Sandrine Beau
Something Evil’s Lurking in the Dark par Chrysostome Gourio
À l’ancienne par Séverine Vidal

***

Et voici les premières lignes de ma nouvelle « Des fées »…

Lentement, le soleil perd de sa voix. Ses rayons n’arrivent presque plus à traverser les branches et des zones d’ombre apparaissent un peu partout sur le sol. La journée a filé sans que je m’aperçoive vraiment de quelque chose. Depuis que je suis parti, j’ai marché, suivant le chemin qui mène au sommet. J’ai aussi pas mal dormi contre un chêne. J’ai
cueilli des mûres. J’en ai avalé une de travers. Et j’ai toussé. Ah ça, oui, j’ai toussé comme un malade. À un moment, j’ai cru que c’était du sang et puis non. C’était juste des bouts de mûres. Je me suis retenu à un tronc. J’ai tenté de respirer doucement. J’ai essayé de faire au mieux sans mes médocs. Je n’avais rien pour me soulager. Mais il n’était pas question que je retourne à la cure ….

A commander ici !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s